Collision : comment le sinistre est-il pris en charge par l’assurance ?

Collision

En France, tous les automobilistes se trouvent dans l’obligation de souscrire une assurance responsabilité civile. Seuls les dégâts causés aux autres usages de la route sont couverts par cette formule. Heureusement, il existe d’autres options intéressantes comme la garantie dommages collision. Que prend celle-ci en charge ? Comment fonctionne-t-elle ?

Qu’est-ce que la garantie collision ?

 

Importante pour bien assurer sa voiture, une garantie tierce collision est optionnelle. Elle peut être souscrite en plus de votre assurance auto. Accessible pour la majorité des conducteurs, cette couverture ne concerne pas ceux qui sont considérés comme résiliés ou malussés. Ce type de clause prend en charge les dommages matériels si le conducteur est victime de collision avec un tiers. Pour bénéficier de cette protection, l’assuré doit verser quelques euros par mois. Son coût peut s’avérer intéressant comparé aux couvertures que vous pouvez obtenir. La compagnie d’assurance s’occupe du remboursement des dégâts causés au véhicule. En ce qui concerne les dommages corporels, ceux-ci doivent faire l’objet d’une autre garantie, par exemple, la couverture personnelle du conducteur.

Quelles sont les exclusions de cette garantie ?

 

Tout comme les autres garanties d’assurance, les compagnies peuvent aussi fixer des limites :

  • un accident dont le responsable n’est pas identifié après le constat ;
  • un collision causé par une manœuvre d’évitement ;
  • un accident avec un obstacle fixe, par exemple, un poteau, un mur, etc.

Même si vous avez une garantie collision, vous êtes tenu de prendre en charge l’intégralité des frais de réparation relatifs aux dégâts matériels et corporels. Lorsque vous contractez une assurance, renseignez-vous sur ces exclusions. Pour bénéficier d’une bonne couverture, faites affaire avec une compagnie d’assurance auto fiable. Vous pouvez demander un devis sur lolivier.fr.

Garantie dommages collision, comment est la valeur de l’indemnisation ?

 

L’indemnisation des dommages collision peut prendre deux formes. La première concerne le remboursement en valeur d’usage. Celui-ci est basé sur la dépréciation de la valeur de la voiture. À la suite d’un incident, le conducteur bénéficie d’une indemnisation avec le montant du véhicule au moment de la collision. La seconde est le remboursement en valeur à neuf. Ainsi, vous serez indemnisé du montant de la voiture au moment de l’acquisition. Dans tous les cas, il est important de prendre en considération le montant de la franchise de votre assurance auto. Parfois, elle peut être plus élevée, mais l’indemnisation est réduite. Vous devez étudier minutieusement le plafond du remboursement en vue de connaître la somme que vous pouvez toucher. Par ailleurs, les sinistres comme le choc ou la collision qui supposent des dégâts plus importants sur le véhicule nécessitent le mandat d’un expert. Ce professionnel détermine et étudie les circonstances de l’accident dans l’optique d’estimer objectivement le montant de la réparation du dommage. En cas de désaccord, l’assuré a le droit de lui demander une contre-expertise. Il doit donc réaliser une nouvelle étude. Le principal objectif est de trouver ensemble la valeur des indemnités qui doivent compenser financièrement le préjudice.

Comment fonctionne la garantie collision d’une assurance ?

 

Dans le cadre d’une collision, la compagnie d’assurance prend en charge l’indemnisation des dommages. Même si vous êtes le responsable du sinistre, vous avez le droit d’obtenir une protection. Ce type de contrat est intéressant si vous conduisez un véhicule de location. La garantie collision se présente donc comme un complément idéal de l’assurance auto RC. Cette dernière couvre seulement les dégâts causés à des tiers. Les modalités de fonctionnement de cette protection facultative s’avèrent strictes. Le responsable de la collision doit être identifié. Si le tiers fautif a commis un délit de fuite, l’assureur peut exclure l’application de cette garantie.

Que faire pour trouver une garantie tierce collision moins coûteuse ?

 

La garantie tierce collision protège aussi bien le responsable de l’accident que les victimes. Afin de trouver une offre avantageuse, le conducteur doit comparer plusieurs formules. Il est possible de réaliser cette opération sur Internet en utilisant les outils en ligne. Fiable, rapide et gratuite, cette option vous permet d’accéder à une bonne garantie collision. Avec cette dernière, vous n’avez plus besoin de dépenser une somme importante pour réparer les dommages causés au véhicule. Il est recommandé de demander plusieurs devis auprès de plusieurs compagnies dans le but de faciliter la comparaison de prix.

Quelle est la différence entre les garanties tous accidents et celles des dommages collision ?

 

La différence entre ces deux couvertures réside dans le niveau de protection. La garantie tous accidents fait partie des contrats tous risques. Contenant moins d’exclusions, elle oblige les conducteurs à payer des cotisations plus chères. Toutefois, ils obtiennent en échange une bonne prise en charge même s’ils sont reconnus comme l’auteur de l’accident. Dans certains cas, par exemple, lors de la réparation mécanique, l’assureur peut appliquer une franchise. Quant à la garantie tierce collision, elle s’adresse aux automobilistes qui ne veulent pas souscrire une assurance tous risques. Il est recommandé de choisir celle qui correspond à votre budget et au niveau de protection dont vous avez besoin. Si vous utilisez un véhicule neuf présentant une grande valeur, mieux vaut opter pour la garantie dommage tous accidents. Cette solution convient aussi aux conducteurs qui effectuent plusieurs kilomètres chaque année. En effet, ils sont sujets à un accident de la route. Pour les automobilistes occasionnels, la garantie collision peut suffire.

Comment déclarer la collision à l’assurance ?

 

En cas de collision, le conducteur doit remplir rapidement un constat amiable. Il convient d’envoyer ce document à la compagnie dans un délai de 5 jours suivant le sinistre. Faisant office de preuve, il permet à l’assureur de déterminer les responsabilités de chaque personne concernée. Vous êtes tenu de respecter le délai imposé. Le cas échéant, vous risquez de ne pas obtenir une indemnisation. L’assureur doit vous verser l’indemnité au plus tard dans les trois mois suivant votre demande. La durée dépend de l’ampleur du dégât.