Prix d’une assurance habitation : quels paramètres sont pris en compte ?

assurance habitation

Publié le : 09 mai 20236 mins de lecture

Que vous soyez locataire ou propriétaire, souscrire une assurance habitation est une démarche obligatoire. Les études indiquent qu’il y a environ quarante-trois millions de contrats dans la catégorie multirisque, soit onze millions d’euros de cotisations. Dans cet article, nous nous intéresserons au premier élément à considérer au moment de choisir votre assurance : le prix. Voici donc cinq critères qui peuvent le faire varier.

1-Le profil de l’assuré

Le premier paramètre à retenir est le profil de l’assuré. Les compagnies d’assurance distinguent les différentes catégories de personnes susceptibles de souscrire ce type de contrat à savoir :

  • le propriétaire occupant ;
  • le propriétaire bailleur ;
  • le copropriétaire ;
  • le locataire d’un logement meublé ;
  • le locataire d’un logement de fonction ;
  • le locataire d’un logement de vacances ;
  • le locataire d’un logement inoccupé.

Par ailleurs, le passif de l’assuré est une donnée capitale. Il désigne le nombre de sinistres déclarés dans les vingt-quatre derniers mois, ce qui correspond au bonus-malus. Pour vous faire une idée plus claire du prix dont vous pouvez bénéficier, nous vous invitons à demander un devis en ligne voire plusieurs. Comparez-les pour obtenir le meilleur tarif.

Pour plus d'informations : Quels sont les facteurs pris en compte par les assureurs pour déterminer le coût d'une assurance habitation ?

2-Les caractéristiques du logement

On ne paie pas le même prix pour assurer une villa et un studio. Mais la superficie du logement n’est pas la seule caractéristique que les assureurs retiennent pour définir les cotisations mensuelles. Il y a aussi :

  • l’usage du logement : résidentiel, locatif, principal ou secondaire ;
  • la surface de l’habitation ;
  • le nombre de pièces ;
  • l’étage de l’habitation : septième étage ou rendez-de-chaussée ;
  • l’année de construction ;
  • la géolocalisation : zone rurale, urbaine ;
  • le niveau de sécurité du logement : système d’alarme développé, volets électriques, porte blindée…

3-Les garanties du contrat

Tous les contrats ne se valent pas ! Il y a certes une formule de base qui permet de bénéficier d’un niveau de protection minimal. Mais vous pouvez toutefois ajouter d’autres garanties pour obtenir plus d’indemnités et obtenir une prise en charge complète en cas de sinistres. Sachez alors qu’en fonction des caractéristiques de votre logement, vous pouvez l’assurer a minima contre :

  • les dégâts des eaux ;
  • les catastrophes naturelles ;
  • les incendies ;
  • les explosions ;
  • les bris de glace ;
  • les cambriolages ;
  • la responsabilité civile.

Des options supplémentaires peuvent être intégrées dans le contrat en prenant en évaluant les besoins spécifiques de l’assuré, ce qui se traduit par une majoration au niveau de la prime. Parmi les services optionnels dont vous pouvez bénéficier, nous pouvons citer :

  • le rééquipement en valeur à neuf ;
  • les dommages électriques ;
  • la couverture des équipements de divertissement ;
  • la protection des panneaux photovoltaïques ;
  • la protection juridique…

Il est à signaler qu’il y a des variations de prix dans la même option. Cela signifie que l’augmentation et la baisse du plafond vont impacter le montant de vos cotisations de manière significative. En contrepartie, vous serez mieux protégé contre les imprévus et les accidents qui pourraient compromettre la sécurité de votre logement.

4-La valeur des biens dans le logement

Au moment de définir le tarif d’un contrat d’assurance, la valeur des éléments de mobilier qui y sont présents entrent en considération. Les dispositifs informatiques, les équipements de domotique, les appareils électroménagers, les tableaux et œuvres d’art et les équipements audiovisuels comptent aussi parmi les éléments permettant d’évaluer les biens qui se trouvent à l’intérieur de l’habitation.

L’assuré est alors tenu de réaliser l’inventaire de ces biens. La montant total de ces objets correspond à l’indemnisation fournie par la compagnie d’assurance en cas de sinistre comme un cambriolage ou les dégâts dus à une catastrophe naturelle. Ainsi, plus les biens déclarés par l’assuré sont importants, plus l’évaluation sera élevée et plus le prix de l’assurance augmente.

À savoir : L’argent liquide ne fait pas partie du capital mobilier. Par conséquent, vous ne pouvez pas obtenir de dédommagement en cas de vol.

5-La franchise

Le montant des franchises est un autre critère que les assureurs prennent en considération au moment de définir la valeur des cotisations. De toute évidence, le prix varie d’une compagnie d’assurance à une autre, tout comme la nature des sinistres couverts et les options inclues.

La franchise représente le reste à charge de l’assuré après avoir obtenu l’indemnisation de l’assureur. En règle générale, la compagnie d’assurance ne rembourse pas la totalité des frais de réparation, sauf dans le cas des contrats sans franchise.

Par exemple, si vous avez une franchise de deux cents euros sur l’option incendie et que le sinistre a provoqué des dégâts de cinq cents euros, l’assureur doit fournir des indemnités d’une valeur de trois cents euros. Sachez qu’en choisissant un contrat multirisque, avec peu ou pas de franchise, votre prime d’assurance sera systématiquement plus élevée.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.lolivier.fr

Comment trouver un contrat à un prix attractif ?

Pour obtenir le meilleur tarif, vous devez faire jouer la concurrence. Le nombre de compagnies d’assurance augmente tous les ans. Entre établissements bancaires, assurances généralistes et néo-assureurs, le client se sent de plus en plus dérouté. Il s’agit donc de trouver une formule qui correspond à vos besoins avec un tarif abordable.

En utilisant un comparateur en ligne, la recherche ne prend que quelques minutes. Elle est gratuite et sans engagement de votre part. Employant les mêmes principes de calcul d’une assurance auto, les propositions disponibles sur le marché sont vite analysées. Vous vous retrouvez avec des offres qui collent à vos exigences, ce qui vous permet de les comparer pour vérifier :

  • les exclusions générales ;
  • les exclusions particulières ;
  • les délais de carence ;
  • les délais de franchise ;
  • le montant des franchises ;
  • les plafonds d’indemnisation. 


Plan du site